Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  ..Le blog des Couramiauds..

..Le blog des Couramiauds..

Tout commence par le besoin de partir, pour seule certitude : vouloir être ailleurs. Loin, de tout ce qui nous enchaîne au quotidien, de nos dépendances, de tout ce que nous croyons être… Découvrir les paysages aux multiples aspects, errer selon l’intuition, répondre à l’appel de l’horizon, c’est le vrai bonheur d’une quête sans fin. Une quête où la terre est sans frontières. Une quête où « être » est synonyme de « libre », où « voyager » est synonyme de « vivre ».

Publié le par
Publié dans : #Québec

une petite anecdote qui est arrivée a un voyageur égaré au volant de son CC...

Après une longue route passée a admirer les paysages et les gens qui les peuplent, nous décidons de nous arrêter dans ce petit coin où les poteaux électriques, les boites aux lettres , les poubelles , les phares; là où les drapeaux sont des couleurs qui ressemble étrangement au notre .....

Nous prenons la direction d'un village perdu dans un bout de presqu'île  " Maisonnette " oui oui c'est bien le nom du village.... là où la route s'arrête en face de l'océan ...  nous y arrêtons pour contempler l'immensité  puis nous fesons demi tour sur la route principale longue , rectiligne, bordée de ces maison de pêcheurs au multiples couleurs.. nous roulons lentement fascinés par tant de quiétude.. un homme est là sur le bord de la route a l'orée de sa propriété, il nous fait un petit signe   .. je m'arrêtte il nous demande << vous ne cherchez, pas un monsieur " Godin ">>  << non non >><< ha bon , vous cherchez peu être un coin pour passer la nuit >> <<pas spécialement, mais si vous connaissez quelque endroit  ?...>><<hé bien suivez moi >> et le voila parti vers sa voiture en nous faisant signe de le suivre.

il nous enmêne 500m plus loin dans un champ où pousse des ""Bleuets " nous empruntons le chemin qui le borde et au bout le long de la plage, une étendue bien tondue << pensez -vous êtes bien la pour passer la nuit ?...>> nous voici tout confus et bredouillons des <<oui oui oui >> << hé bien installé vous >> s'en suis une discution sur l'origine de son nom, puis sur son retour récent dans son village .... nous sommes interpellés par tant de gentillesse, de spontanéité dans sa démarche ..  << mais je suis "Acadiens " conclurat il >>

 nous passerons notre soirée sur la plage  en face de Caraquet, autour d'un grand feu de bois rammassé sur celle -ci   encore emerveillés par l'attitude de notre  " hôte "

ce petit récit qui ne fera que renforcer notre impression de ce que nous avions ressentis au long de la journée

Commenter cet article

Liliane 19/07/2012 17:48


profitez de votre voyage ça a l'air beau, bon anniversaire un peu en retard

Paul@mauditquébécois 19/07/2012 00:44


Là où vous vous trouvez, c'est-à-dire en Acadie et sur tout le territoire atlantique en fait, jusqu'au fond de Terre-Neuve, vous côtoyez des pêcheurs, des gens braves et honnêtes qui
auront connu, sinon eux-mêmes directement, mais pas loin dans leur famille, la misère et le besoin.


 


Le besoin associé d'abord à la survie en mer sur ces bateaux de pêche qui emportaient tant d'innocents. Sans le secours des autres, combien ne seraient jamais revenus à la maison. Le
besoin tout aussi important, de s'entraîder en cas de coup dûr; les corvées de reconstruction lors des incendies, les aides à la famille lors des naissances et des décès. Et la liste est longue
des aides naturelles qui sont devenues un caractère distinctif.


 


Mais vous saviez tout cela depuis belle lurette, évidemment; vous qui parcourez le monde à la recherche de ces éléments profondément humains qui constituent la véritable richesse de
l'humanité entière.


 


Alors vous voilà bien arrivés à bon port suite à une navigation de six bonnes heures, si la météo vous a été favorable. C'est que l'on a bien hâte de voir les images et les anecdotes les
émailler, au fil de vos savoureuses périgrinations.


 


Une anecdote : À Halifax, ma copine de l'époque et moi nous perdons de vue alors que nous roulons à vélo au sortir de la grande ville. Lorsque je réalise que mon amie n'arrive pas, je
réalise qu'elle s'est perdue en quelque fourche du chemin. J'ai attendu pendant une demi-journée. Pas de chérie à l'horizon. J'étais découragé et bien près d'aller voir la police.


 


Je décide toutefois de rouler jusqu'au camping suivant, en demandant au ciel qu'elle ait la même idée.


Eh bien, je la vois ti pas arriver en petite auto, toute seule au volant, avec tout son barda bien rangé dans l'immense coffre de la voiture. Je n'en revenais pas et je n'en reviens
toujours pas aujourd'hui encore. Les gens chez qui elle était tombée, lui ont dit de ne pas perdre l'endormitouére pis que deman y verré ban à rtrouver leur auto après un p'tit coup d'fil si sté
pas trop vous d'mander...


 


Si ça ne nous était pas arrivés, on y croirait tout simplement pas à s'tistouére là ! 

Ma musique

Ils méritent votre visite

Hébergé par Overblog