Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  ..Le blog des Couramiauds..

..Le blog des Couramiauds..

Tout commence par le besoin de partir, pour seule certitude : vouloir être ailleurs. Loin, de tout ce qui nous enchaîne au quotidien, de nos dépendances, de tout ce que nous croyons être… Découvrir les paysages aux multiples aspects, errer selon l’intuition, répondre à l’appel de l’horizon, c’est le vrai bonheur d’une quête sans fin. Une quête où la terre est sans frontières. Une quête où « être » est synonyme de « libre », où « voyager » est synonyme de « vivre ».

Publié le par couramiauds
Publié dans : #Maroc 2013

2014-MAROC-223.jpg2014-MAROC-218.jpgMaroc-2013-1 2270-001Maroc-2013-1-0850.JPG2014-02-07 12.38.21Maroc-2013-1 0604Maroc-2013-1-0834.JPG

Commenter cet article

Paul@mauditquébécois 11/02/2014 14:18


Les Marocains ne sont pas faciles à photographier, puisqu'ils refusent pour la plupart. Mais lorsque l'on établit un contact avec eux, (c'est vrai aussi pour tout les humains) il est possible de
les prendre. Prendre en photo. Cette expression est juste. Pourquoi ne sommes-nous pas à l'aise avec l'image que nous projetons ? C'est que nous tenons à être respectés dans notre intégrité et
comme on ne sait pas ce que cet autre qui nous prend en photo souhaite faire de notre image, alors on refuse à priori ? Ou, sachant que nous ne contrôlons pas notre image extérieure, on hésite à
faire confiance à notre capacité de donner le change ? Et à donner de nous une image qui correspond à nos attentes, en terme d'image.


 


Pourquoi autant de précautions ? La confiance en nous-même devrait pouvoir nous exposer au regard des autres. Et pourtant, la pudeur ou le besoin narcissique, ou encore les préceptes religieux,
seraient autant de barrières entre la vision que l'on souhaite que l'autre ait de nous et de notre image personnelle.


 


Les peuplades d'Afrique refusaient de se faire prendre leur âme. Ils voyaient juste. Ils avaient peur de perdre leur intimité la plus profonde au profit du Diable qui ne manquerait pas de leur
réserver le mauvais sort. Comme une intuition que l'autre cherche en nous un point de vulnérabilité. Un désir de conquête serait à la base de nos relations avec les autres. Du moins, c'est ce que
l'on aura appris au contact des autres depuis la nuit des temps. Se méfier de l'autre pour assurer sa survie. Ce mécanisme de protection aura permis à l'humanité de survivre. Et de nous donner
aujourd'hui ce mécanisme de protection à l'encontre de l'autre qui veut nous prendre.


 


Jolies images au demeurant qui nous donnent à voir des personnes bien différentes. Les enfants, toujours aussi ouverts. Les vieilles personnes, toujours autant fermées. Les femmes qui refusent
toujours de se faire prendre par principe. Mais qui sont dubitatives, compte tenu de leur contact avec la nouveauté à la télé et dans les magazines qui les font douter que le bonheur se tiendrait
toujours du côté du refus.


 


La religion et les attraits du chant des sirènes de la mode : même combat contre le maintien de notre intégrité morale.

Ma musique

Ils méritent votre visite

Hébergé par Overblog