Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  ..Le blog des Couramiauds..

..Le blog des Couramiauds..

Tout commence par le besoin de partir, pour seule certitude : vouloir être ailleurs. Loin, de tout ce qui nous enchaîne au quotidien, de nos dépendances, de tout ce que nous croyons être… Découvrir les paysages aux multiples aspects, errer selon l’intuition, répondre à l’appel de l’horizon, c’est le vrai bonheur d’une quête sans fin. Une quête où la terre est sans frontières. Une quête où « être » est synonyme de « libre », où « voyager » est synonyme de « vivre ».

Publié le par
Publié dans : #les ballades

Pour passer Noel, Julien nous avait déniché un petit village dans l'Ubaye, à deux pas de Monêtiers les Bains .

"  LE LAUZET " 

endroit révé pour attendre le pêre NOEL ...

noel-2012-002.jpgnoel-2012-007.jpgnoel-2012-005.jpgnoel-2012-018.jpgnoel 2012 016noel-2012-003.jpgnoel-2012-021.jpgnoel-2012-004.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Couramiauds
Publié dans : #" Humeur "

Comment avons nous pu survivre ?... en plus en n'ayant pas vu StarWars 

 

" Les voitures n'avaient ni ceintures de sécurité, ni appuie-tête, ni air bag, ni GPS.

 

Les lits à barreaux et les jouets étaient peints avec des laques douteuses

 

contenant du plomb et autres poisons.

 

Il n'y avait pas de sécurité enfants sur les portes de voiture, ni sur les prises de

 

courant, encore moins sur les nettoyants chimiques domestiques.

 

Les parents les planquaient, c'est tout.

 

Il n'y avait pas de casque pour faire du vélo.On buvait à même le tuyau

 

d'arrosage et pas des eaux minérales en bouteilles stériles.

 

On osait aller jouer ...

 

Fallait juste rentrer à la maison avant la nuit.

  

 Il n'y avait pas de portables et personne ne savait où on traînait ...

 

Incroyable ...

 

Nous avions école jusqu'à midi et on rentrait manger à la maison à pied.

 

Eraflures, bras cassés, dents briséees, coudes écorchés, personne ne se

 

serait plaint, personne n'avait tort si ce n'était nous-mêmes.

 

On avalait des sucreries, du pain beurré, des boissons riches en sucre ...

 

On ne parlait pas d'obésité, nous étions actifs.

 

On se partageait à quatre une limonade au goulot, nul n'en est mort.

 

Pas de Play Station, Nintendo 64, Face Book, Twitter, Home Cinema, Wifi,

 

ADSL, Triple Play, Ipod, TV 150 chaînes, portables, ordinateurs, "chats" sur

 

Internet ...

 

 

                                        SEULEMENT DES COPAINS ...

 

 

A pied, à vélo, on allait chez les copains, même s'ils habitaient à des kms ...

 

On entrait sans frapper et on allait faire les c ...

 

Si, si ! Dehors, et tout ça sans surveillance ! Pas possible !

 

On jouait au foot avec une seule cage, et si on perdait, pas de frustration ni de

 

"fin du monde".

 

Il y avait bien des élèves un peu en retard qui redoublaient. Baahh ... Personne

 

n'allait chez le psychologue ou le psychopédagogue.

 

On ne parlait pas de problèmes de concentration ou d'hyperactifs.

 

On redoublait simplement l'année et chacun avait sa chance.

 

Nous avions : -- Libertés

 

                         -- Revers

 

                         -- Succès

 

                         -- Devoirs ...

 

                                                          ... Et on apprenait à faire avec.

 

 

 

LA SEULE VRAIE QUESTION : COMMENT AVONS-NOUS FAIT POUR SURVIVRE ? ? ?

 

ET AVANT TOUT :

 

COMMENT AVONS NOUS PU DEVELOPPER NOTRE PERSONNALITE ? ? ?  " 

 

 

 

HUMOUR au 1ier Degrés

Voir les commentaires

Publié le par Couramiauds
Publié dans : #" Humeur "

 

                                                  

les hommes ont partagé le temps, l'ont saucissonné, découpé, tranché en siècles, en décennies, en lustres, en années et puis encore en mois, en jours plus ou moins longs, en heures dernières ou premières, jusque même en nanosecondes pour anoblir les particules, en 1515, en 14-18, en 39-45,en septembre 2001,mais la mémoire me manque, et bientôt en 2013.
Lui le temps il s'en moque, il continue sa fuite en avant, il passe son temps à passer. Il fait comme si de rien n'était, il fait comme avant, il passe quoiqu'on fasse. Il continue son petit bonhomme de chemin sans se retourner sur son passé qui n'est pas toujours simple, sans présager de son avenir, incertain. Imperturbable, ignorant les ravages des hommes, indifférent, le temps s'en fiche et contre fiche, toujours dans le même sens, il suit sa route solitaire (en ver) et contre tout. Parfois il est sympa, il efface les mauvais souvenirs, il temporise, il prend son temps, il donne du temps au temps ou du bon temps, il se prolonge et exceptionnellement il s'arrête, mais pas longtemps, juste pour reprendre son souffle, le temps d'oublier sa solitude.
Il est comme ça le temps depuis la nuit des temps.

 

                                                                            Merci à Colette et Jean Michel ...

                                                 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Ma musique

Ils méritent votre visite

Hébergé par Overblog